Projet Travail 2001

C’était au temps où je dirigeais une société d’études qualitatives spécialisée dans les recherches sémiologiques et l’anthropologie interculturelle.

La spécialité de ma société était de comprendre les motivations, les aspirations et les représentations de populations telles que les enfantes France et en Allemagne ou les médecins selon leur type d’exercice, ou encore les consommateurs de chocolat ou les conducteurs de différents types de voitures.

Un de mes clients était une grande entreprise d’intérim qui désirait faire évoluer l’image du travail temporaire.

Cette société nous demanda, avant d’entreprendre un programme d’innovation, de faire un point sur l’idée de travail chez les Français. Pas d’un point de vue statistique (ils croulaient sous les chiffres), mais d’une façon qualitative.

Le projet s’étendit sur près d’un an, de la conception d’un guide d’entretien original, à la recherche d’interviewés sur toute la France selon des critères aussi neutres que possibles, à la réalisation souvent très délicate des entretiens et à leur analyse.

Cela conduisit à une masse de 66 entretiens souvent de plus d’une heure et demie intégralement retranscrit. 

Le monde paysan fut délibérément omis du projet car il ne semblait pas intéresser la société cliente.

L’analyse fut incroyablement compliquée, donnant lieux à des centaines de pages de comptes rendus visant à préserver la richesse du matériel recueilli.

La synthèse seule, faisait plus de cent pages …

La société d’intérim cliente rejeta en bloc les résultats de l’étude qui remettait clairement en question les catégories sociétales dont elle disposait.  Pourquoi changer quand on peut se débrouiller avec ce qu’on a ?

Le projet ne fut pas reconduit. D’autant plus que la société d’intérim en question fut absorbée d’une seule bouchée par un concurrent qu’elle tenait pour secondaire. 

On a de l’avenir ou on n’en a pas …

La présentation qui suit a été rendue anonyme et les données stratégiques spécifique de société cliente ont été éliminées. Ce qui reste est du savoir à vocation académique.

Durant les années suivantes, d’autres projets, plus limités, centrés sur des populations plus restreintes, ont continué de confirmer les modèles développés dans cette étude.

Même si les techniques d’étude ont considérablement évolué, notamment par l’usage de l’observation filmée et par les investigations menées sur internet, il s’agit d’un travail de recherche très au-delà de ses dimensions de stratégie marketing. Peut-être trop au-delà.

Première partie

Seconde partie

Troisième partie

Quatrième partie

Cinquième partie

Sixième partie

Septième partie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s