Montpellier, on dirait le Sud !

Montpellier est une drôle de ville au caractère singulier et attachant. C’est une ville de jeunes, libres, recontactés, heureux et souriants. C’est une ville qui bouge et qui aime bouger. Elle a surgi au Moyen Âge, posée sur un rocher au milieu d’un réseau de cours d’eau serpentant entre les étangs et les marais. Cela fait que la ville héberge aussi une vaste population de moustiques.

Les Romains, présents dans toutes les villes alentour n’ont pas jugé bon de s’y installer et d’y tracer leur quadrillage urbain si commode. Montpellier, c’est une ville où la plus large avenue n’est pas plus large qu’une rue moyenne de Paris, Les rues ne sont presque jamais droites, serpentant le long des pentes du Mont Pellier. Cela veut dire qu’on est toujours en dessous ou au dessus d’un autre endroit et que le chemin le plus court ne saurait être en ligne droite.

Louis XIV y a laissé sa trace en creusant une saignée majestueuse qui ferme plus qu’elle n’ouvre la cité. À l’opposé Ricardo Bofill a érigé tout un quartier extravagant fait de frontons et de colonnades. 

Cette ville, dont le centre n’est guère plus grand qu’un arrondissement parisien, est un triple plat de spaghettis incompatibles entre eux, fait des voies de quatre lignes de tramways surgissant de partout, de routes et de rues bardées de sens interdits inopinés et de barrières anarchistes et de pistes cyclables vindicatives. Le tout dans un festival de travaux dantesques rendant les GPS paranoïaques. On peut souvent se trouver pris en sandwich entre trois ou quatre niveaux de voies enchevêtrées se bloquant le passage l’une de l’autre. On finit à pied dans le dédale des rues brûlées par le soleil parmi une foule de jeunes gens au sourires bronzés. 

Montpellier compte presque autant d’universités et d’écoles que de restaurants. C’est une des raisons pour lesquelles la ville est pleine de jeunes, des jeunes instruits et curieux de tout qui font de l’ambiance de cette ville une des plus agréables qui soit. 

C’est aussi pourquoi le fils de Binh, Ti Duc, a choisi de venir y faire ses études. Il a aussi la chance d’intégrer l’importante communauté vietnamienne de la ville et qu’il a pu rencontrer un jeune youtubeur aussi talentueux que drôle et sympathique. Il s’appelle Hai Dang, ce qui veut dire « phare » en langue vietnamienne, ce qui ne l’empêche de ne pas avoir le moindre sens de l’orientation.

https://www.youtube.com/results?search_query=hai+dang

Ce qui frappe le plus le parisien morose, c’est la gentillesse de tous les habitants qui, même quand ils doivent vous opposer un refus, tentent de vous proposer une solution, de vous aider par tous les moyens. Ils sont jeune, ils sont beaux, ils sont sympathiques.

Alors on oublie les moustiques et l’heure entière qu’on a passé à se rendre à cent mètre de chez soi.

Et puis la mer n’est pas loin, elle envoie, par moment, le soir un peu de fraîcheur !

Tout près de là, à une vingtaine de kilomètres, Aigues Mortes se dresse elle aussi au milieu des étangs et des marais. Forteresse portuaire, elle est demeurée presque intacte depuis huit cents ans avant de devenir un piège à touristes.

En route pour la croisade !

Tout près de montpellier, à un quart d’heure de bus, la côte alligne une ligne continue de bétonnage portant la signature malencontreuse de l’urbanisme des années 70. Le seul avantage, c’est de pouvoir troiuver une plage de sable achaud sur une mer d’azur à un jet de pierre de Montpellier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s