The World in my Dreams

Au commencement existait la photo argentique. Il fallait tout calculer à l’avance et prendre soin de son cadrage. On devait toujours se souvenir que chaque déclenchement coûtait cher et que les pellicules ne contenaient au mieux que 36 vues. On devait attendre son retour pour pouvoir constater qu’on avait réussi ou raté ses photos. Bien des instantanés saisis dans l’instant se sont révélés au retour de tristes clichés mal cadrés, mal exposés et encombrés d’un passant inopportun…

Puis a surgi la photo numérique que tout photographe un peu expert a vilipendé avec mépris. Il n’est pas de personne plus conservatrice qu’un photographe ! Il en est encore à proclamer que rien ne vaut ce bon Kodachrome, voir cet excellent Tri-X. Le numérique a immédiatement apporté deux solutions décisives aux problèmes de photographes : Le nombre de clichés n’était plus limité et on pouvait vérifier dans l’instant si la photo était réussie. Le capteurs  et les cartes de mémoires étaient les seuls points noir de ce progrès, Mais, au fil des ans, tout ceci a changé et les moindre capteur dépasse facilement les capacités des meilleurs films et les cartes sont capables de stocker des montagnes de photos.

Puis sont apparus les logiciels de traitement de l’image, en particulier l’incontournable Photoshop, qui ont permis d’apporter aux photos brutes les améliorations nécessaires à leur qualité. Grace à ces logiciels et un peu d’entraînement, on a pu améliorer considérablement les photos qui se sont affranchies très largement des contraintes de l’instant de la prise de vue.

Un dernier pas est franchi avec les innombrables applications associées aux tablettes. L’utilisation et la combinaison de ces applications élimine toutes les limites de l’imagination. Grâce à ces applications la photo devient image. La réalité saisie à la prise de vue n’est plus qu’un point de départ pour celui qui cherche, comme moi, à composer des images à partir d’éléments réels, mais objets de toutes les formes de créativité.

J’ai bourlingué un peu partout sur cette planète, découvrant au fil des ans de nombreux pays aux atmosphères, cultures, climats forts et différents. 

J’ai, pendant près de trente ans, été un habitué de l’avion de sept heures, celui que prennent ceux qui travaillent « à l’international », c’est à dire qui doivent arriver quelque part en Europe pour la réunion de neuf heures… et plus loin pour celle qui commence en début d’après-midi. On les reconnaît bien dans, les aérogares, à leur costard et leur « attaché case ». Ils sont seuls, pressés, fatigués et de mauvais poil. Chaque matin, de partout, partent partout des avions bourrés de ces types en gris. arrivés à destinations, ils sautent tous dans des taxis qui les mèneront à leur réunion dans une salle aveugle dans un immeuble bien propre, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à tous les immeubles de bureau. Et ils rentreront au soir par le même genre d’avion.

Et je voyageais dans ces avions. Mais j’essayais toujours de faire l’école buissonnière et de m’échapper vers la beauté des villes mystérieuses qui entouraient les immeubles de bureaux. Les gens avec qui je travaillais partageaient la même curiosité pour la magie du monde. Cela s’ajoutait bien sûr à tous les voyages pour le voyage. Mais je n’aurais jamais pu voir autant le monde qu’en m’évadant des innombrables trajets d’un jour au milieu des hommes en gris.

C’est ainsi que j’ai parcouru l’Europe :

Je suis allé aussi beaucoup plus loin :

Chaque pays, chaque contrée, chaque ville, chaque moment engendre des émotions qui sont autant de filtres de la réalité. La prise de vue permet de saisir et même de mettre en valeur cette valeur imaginaire, mais c’est au traitement que l’on peut ajouter, dilater et transformer cette valeur émotionnelle pour la conduire dans l’onirisme. 

J’adore me livrer à ce jeu qui se perfectionne au fil des ans. Travailler, transformer, amender, détourner, tricher avec le réel me permet de parler de mes rêves, de ces univers que l’on découvre en dormant, qui ressemble énormément à la réalité, mais qui ne l’est du tout non plus. J’essaie de faire des images venues de mille endroits dans le monde l’expression de mes rêves. Il m’arrive parfois (rarement) d’emprunter des images qui existent, prises par d’autres, mais qui me touchent. Je les altère, les modifie, y introduits des éléments qui les font échapper au réel. C’est une façon de créer un monde poétique en résonance  avec ce que m’inspirent les lieux.

On me dira que les collages et les trucages existent de longue date et que les surréalistes jouaient énormément à cela. Les dictateurs aussi. On comprendra que ce que l’on peut faire aujourd’hui est différent dans la facilité de créer l’illusion dans des profondeurs inaccessibles il n’y a pas 20 ans.

Entre les photos qui s’attachent à rendre la beauté et la magie du réel et les images qui nous entraînent vers le monde des rêves se dessine la différence entre présenter et représenter. Dans le premier cas il s’agit de se plonger dans l’essence du réel, dans le second il s’agit de s’évader de ce même réel. Il arrive même que les deux processus finissent par converger dans une même émotion. Toutefois la photographie traditionnelle, dans sa volonté de pénétrer dans la nature profonde des choses, procède par métonymie, par désignation de ce qui résume la chose. L’image onirique procède de l’inverse, échappant à la comparaison, elle s’évade dans vers l’arbitraire de la métaphore qui ne relève que de la complicité entre l’auteur et celui qui regarde.

Autant dire que les deux procédés sont respectables, mais que nous nous intéressons ici au second qui fait vibrer la corde du rêve.

Voici une sélection d’une centaine de ces images choisies pour leur diversité de lieux et d’interprétation graphique.

Museum

Qui ne s’est pas vu en Napoléon, en roi Soleil ou en Joconde ? J’aime ce jeu de vanité amusante qui nous fait entrer dans une sorte de musée familier.

IL VOUS EST POSSIBLE DE COMMANDER VOTRE IMAGE IMMORTELLE AU PRIX DE 39,99 EUROS PAR VISAGE INTÉGRÉ DANS UNE OEUVRE IMMORTELLE DE VOTRE CHOIX. IL SUFFIT POUR CELA QUE VOUS ME FASSIEZ PARVENIR UN PORTRAIT DE VOUS SUR FOND NEUTRE ET DANS LA MÊME POSTURE QUE SUR LE TABLEAU QUE VOUS SOUHAITEZ HABITER.

Une de mes activités favorites consiste à placer le visage de mes amis (et le mien, bien sûr) dans des tableaux et des représentations célèbres. Il convient pour cela d’incruster le visage de la personne dans un tableau choisi, en respectant l’angle du visage et le style de l’oeuvre.

En général, il convient d’ajouter un rien d’incongruité à la rencontre, cela produit un petit rien de surréaliste et une touche d’humour.

On peut même faire se rencontrer deux époques dans un même visage :

C’est ainsi que s’est constitué, à travers les âges et le monde, un musée imaginaire entièrement dédié à la gloire immense de mon insignifiance :

Et dans ma Ronde de Nuit, je me rend brandt à dix reprises !

Pour résumer !

Il m’arrive aussi de restaurer des photos anciennes qui n’ont pas toujours connu les meilleurs jours et auxquelles un peu de minutie donne vie :

Tout est alors une question de transformation, de correction et de choix de style :

Je reprends aussi des photos qui m’inspirent des styles et des façons de voir ceux qui m’entourent :

Une image peut traverser bien des transformations pour devenir elle que je recherche :

À VOUS DE DEVENIR CÉLÈBRES !

Il vous suffit de m’adresser l’oeuvre de votre choix, des portraits de vous compatibles avec cette oeuvre (un profil pour un profil, une photo de face pour une vue de face …)

À partir des éléments que vous me fournissez, je transforme n’importe quel oeuvre d’art en y intégrant votre portrait de telle sorte qu’il semble en faire partie dès sa création.

Selon la complexité de l’intégration et la qualité du matériel fourni le prix de cette création vous sera facturée entre 50 et 90 euros pour un visage.

Chaque visage supplémentaire sera facturé entre 30 et 50 euros.

Merci de me contacter pour réaliser des oeuvres immortelles dont vous êtes les stars.

On peut aussi réaliser des paysages et des scènes de rue ou des natures mortes :

En attendant, je vous présente mon arrière grand-père qui avait une certaine classe …