Paris en rêves

Paris, c’est ma ville. Paris c’est moi. J’y suis né, je connais son air, ses rues, ses bruits, son caractère ombrageux et goguenard. Paris, c’est la ville dont tout le monde rêve, que l’on veut visiter une fois dans sa vie. Paris, c’est la ville lumière, même pendant les grèves d’électricité.

Paris est une petite ville par sa surface et une ville immense par ses contrastes. Elle est petite parce qu’on a toujours voulu l’enfermer, l’étrangler dans des enceintes et des boulevards et des rangées d’immeubles impénétrables. Elle ne fait que cent kilomètres carrés de superficie (si on oublie, bien sûr, les banlieues car Paris tient à se distinguer de sa banlieue !), c’est minuscule ! On peut la traverser à pied sans trop se fatiguer.

Cela la distingue de toutes les autres capitales dont la moindre est dix fois plus grande et se dilue sans gloire dans d’interminables faubourgs.

Pourtant, comme le tronc d’un arbre, chacun peut voir le défilement des époques en observant les cernes que forment les rues depuis son centre romain, Cluny, toujours là, preuve de l’incroyable pérennité de la ville. 

Et dans ce monde concentrique, on a tranché d’immenses rayons de lumière qui, au lieu de défigurer la ville, lui ont offert plus de grandeur. Grâce à ces avenues, on voit de loin la splendeur des monuments, on saisit l’harmonie des symétries grandioses.

À l’instar de beaucoup de Parisiens (on le naît et on le reste), j’adore revisiter ma ville. Jamais je ne boude de m’émerveiller devant son élégance comme devant la truculence de ses ambiances.

Comme un voyageur émerveillé, je me plais à la photographier. Pourtant je souris toujours en voyant les dizaines de touristes se prenant en photo sur fond d’Arc de Triomphe en haut des champs Élysées. Combien de millions de fois la même photo ?

J’aime saisir les espaces et les perspectives, mais j’aime encore plus saisir les détails, les moments éphémères, les ambiances qui sont l’esprit de la ville, sa capacité de se réinventer. Chacun sait que Paris n’est pas enfermée dans ses monuments. Paris c’est la multitude de ses étrangetés, de ses mélanges détonants, de ses instants de magie.

Je propose ici un ensemble d’images qui sont une autre façon de regarder la ville. Ces images sont aussi celles d’événements et d’oeuvres d’artistes qui ont choisi Paris comme support à leurs créations.

Beaucoup de ces images ont été retravaillées pour ajouter de la magie au prétendu réalisme des photos. Les photos ont été prises à diverses époques, certaines étant des clichés de l’avant numérique … Paris est un rêve qui dure depuis si longtemps !

D’autres images viendront enrichir ce premier coup d’oeil … 

J’adore transformer les images de ma ville et, d’un cliché réel end faire une vision de rêve. On me le reproche souvent en me disant que je dénature la vérité de l’image. Foin de cela, la vérité n’existe que pour qui veut la croire. Donc je m’exerce à transformer les clichés. Pas forcément les miens, mais tous ceux qui m’inspirent.

Voici un exemple qui prend son origine dans la plus ancienne photo de la ville, un daguerréotype de 1839 qui montre, en passant que Notre Dame n’avait pas de flèche avant qu’un autre rêveur ne lui en plante une sur le dos.

Et pour finir, un projet qui comblera tout le monde :

The World in my Dreams

Au commencement existait la photo argentique. Il fallait tout calculer à l’avance et prendre soin de son cadrage. On devait toujours se souvenir que chaque déclenchement coûtait cher et que les pellicules ne contenaient au mieux que 36 vues. On devait attendre son retour pour pouvoir constater qu’on avait réussi ou raté ses photos. Bien des instantanés saisis dans l’instant se sont révélés au retour de tristes clichés mal cadrés, mal exposés et encombrés d’un passant inopportun…

Puis a surgi la photo numérique que tout photographe un peu expert a vilipendé avec mépris. Il n’est pas de personne plus conservatrice qu’un photographe ! Il en est encore à proclamer que rien ne vaut ce bon Kodachrome, voir cet excellent Tri-X. Le numérique a immédiatement apporté deux solutions décisives aux problèmes de photographes : Le nombre de clichés n’était plus limité et on pouvait vérifier dans l’instant si la photo était réussie. Le capteurs  et les cartes de mémoires étaient les seuls points noir de ce progrès, Mais, au fil des ans, tout ceci a changé et les moindre capteur dépasse facilement les capacités des meilleurs films et les cartes sont capables de stocker des montagnes de photos.

Puis sont apparus les logiciels de traitement de l’image, en particulier l’incontournable Photoshop, qui ont permis d’apporter aux photos brutes les améliorations nécessaires à leur qualité. Grace à ces logiciels et un peu d’entraînement, on a pu améliorer considérablement les photos qui se sont affranchies très largement des contraintes de l’instant de la prise de vue.

Un dernier pas est franchi avec les innombrables applications associées aux tablettes. L’utilisation et la combinaison de ces applications élimine toutes les limites de l’imagination. Grâce à ces applications la photo devient image. La réalité saisie à la prise de vue n’est plus qu’un point de départ pour celui qui cherche, comme moi, à composer des images à partir d’éléments réels, mais objets de toutes les formes de créativité.

J’ai bourlingué un peu partout sur cette planète, découvrant au fil des ans de nombreux pays aux atmosphères, cultures, climats forts et différents. 

J’ai, pendant près de trente ans, été un habitué de l’avion de sept heures, celui que prennent ceux qui travaillent « à l’international », c’est à dire qui doivent arriver quelque part en Europe pour la réunion de neuf heures… et plus loin pour celle qui commence en début d’après-midi. On les reconnaît bien dans, les aérogares, à leur costard et leur « attaché case ». Ils sont seuls, pressés, fatigués et de mauvais poil. Chaque matin, de partout, partent partout des avions bourrés de ces types en gris. arrivés à destinations, ils sautent tous dans des taxis qui les mèneront à leur réunion dans une salle aveugle dans un immeuble bien propre, qui ressemble comme deux gouttes d’eau à tous les immeubles de bureau. Et ils rentreront au soir par le même genre d’avion.

Et je voyageais dans ces avions. Mais j’essayais toujours de faire l’école buissonnière et de m’échapper vers la beauté des villes mystérieuses qui entouraient les immeubles de bureaux. Les gens avec qui je travaillais partageaient la même curiosité pour la magie du monde. Cela s’ajoutait bien sûr à tous les voyages pour le voyage. Mais je n’aurais jamais pu voir autant le monde qu’en m’évadant des innombrables trajets d’un jour au milieu des hommes en gris.

C’est ainsi que j’ai parcouru l’Europe :

Je suis allé aussi beaucoup plus loin :

Chaque pays, chaque contrée, chaque ville, chaque moment engendre des émotions qui sont autant de filtres de la réalité. La prise de vue permet de saisir et même de mettre en valeur cette valeur imaginaire, mais c’est au traitement que l’on peut ajouter, dilater et transformer cette valeur émotionnelle pour la conduire dans l’onirisme. 

J’adore me livrer à ce jeu qui se perfectionne au fil des ans. Travailler, transformer, amender, détourner, tricher avec le réel me permet de parler de mes rêves, de ces univers que l’on découvre en dormant, qui ressemble énormément à la réalité, mais qui ne l’est du tout non plus. J’essaie de faire des images venues de mille endroits dans le monde l’expression de mes rêves. Il m’arrive parfois (rarement) d’emprunter des images qui existent, prises par d’autres, mais qui me touchent. Je les altère, les modifie, y introduits des éléments qui les font échapper au réel. C’est une façon de créer un monde poétique en résonance  avec ce que m’inspirent les lieux.

On me dira que les collages et les trucages existent de longue date et que les surréalistes jouaient énormément à cela. Les dictateurs aussi. On comprendra que ce que l’on peut faire aujourd’hui est différent dans la facilité de créer l’illusion dans des profondeurs inaccessibles il n’y a pas 20 ans.

Entre les photos qui s’attachent à rendre la beauté et la magie du réel et les images qui nous entraînent vers le monde des rêves se dessine la différence entre présenter et représenter. Dans le premier cas il s’agit de se plonger dans l’essence du réel, dans le second il s’agit de s’évader de ce même réel. Il arrive même que les deux processus finissent par converger dans une même émotion. Toutefois la photographie traditionnelle, dans sa volonté de pénétrer dans la nature profonde des choses, procède par métonymie, par désignation de ce qui résume la chose. L’image onirique procède de l’inverse, échappant à la comparaison, elle s’évade dans vers l’arbitraire de la métaphore qui ne relève que de la complicité entre l’auteur et celui qui regarde.

Autant dire que les deux procédés sont respectables, mais que nous nous intéressons ici au second qui fait vibrer la corde du rêve.

Voici une sélection d’une centaine de ces images choisies pour leur diversité de lieux et d’interprétation graphique.