Rouen : la ville cathédrale

Pourquoi écrire sur Rouen plutôt que sur Chartres, Lyon ou Strasbourg quand on a l’habitude de s’exprimer sur Venise, Hanoï et Saint Pétersbourg ? 

Rouen est une ville dite de moyenne importance située à une heure de Paris. Autour de Paris aussi, à des distances comparables, on trouve d’autres villes que l’on pourrait comparer à Rouen. Et pourtant Rouen est unique. Pourquoi ?

Contrairement aux autres villes situées à cette distance, Rouen a le double caractère d’être médiévale et moderne, monumentale et familière, diverse et homogène. Au fil des ans et des restaurations, Rouen a su intégrer à un tissu monumental et architectural ancrés dans le Moyen Âge une activité artistique créative et pleine d’humour. Rouen a échappé à cet encensement. Chartres ne vaut que pour sa cathédrale et nous fait sombrer dans son ennui beauceron. Provins, Compiègne ou Beauvais sont tout aussi assoupie dès que l’on s’éloigne de leur coeur touristique strictement circonscrit et souvent dissocié de la ville elle-même qui vit sa vie autre part. Tout y est en ordre, on vient voir, puis on s’en va. Tel n’est pas le cas de Rouen qui, à l’instar de Bordeaux, Strasbourg ou Lyon, entremêle son patrimoine architectural et historique avec sa vie quotidienne.

Rouen, ce ne sont pas moins de trois cathédrales gothiques qui se dressent à quelques pas les unes des autres, mais c’est aussi une multitude de restaurants de tous les exotisme, une foultitude de boutiques aux artisanats étonnants, une mosaïque de gestes créatifs plein d’humour sur la nature du lieu. Rouen est une ville amusée d’être à ce point historique. 

Tour le centre ville est piétonnier, repoussant les voitures à quelques axes et passages obligés. Du coup, on se prend à oublier leur présence et à se promener à pied dans le tissu dense des rues bordées de maisons ventrues aux colombages et encorbellements hasardeux et romantiques.

J’ai découvert Rouen il y a plus de cinquante ans. C’était une ville noire, marquée par l’industrie, lacérée par les traces de la guerre. L’étroitesse des rues qui nous charme aujourd’hui les rendait impraticables du fait des voitures. Tout était sombre, ennuyeux, un rien hostile au gamin que j’étais. 

Puis, au fil des ans, cette ville a été restaurée, s’est emparée de son patrimoine pour l’embellir, mais surtout y vivre. Plutôt que de le momifier, elle s’en est amusée, l’a rendu familier, vivant.

Rouen bénéficie d’une lumière océanique aux tons marqués et aux nuances changeantes. Monet ne s’y était pas trompé en peignant quarante fois la façade de la cathédrale. Et, aujourd’hui encore, cette façade surprend par le jeux de ses couleurs et de ses lumières que l’on découvre à chaque fois qu’on lève le nez.

Pourtant, tout n’est pas parfait, loin de là. Tout d’abord, il faut bien reconnaître que la reconstruction des années 50 et 60 a laissé d’affreuses empreintes dans le tissu authentique qui avait survécu à la guerre. Plus tard, les reconstructions se son prises à mimer les vraies maisons anciennes, avec plus ou moins de bonheur. Mais, in fine, la ville a digéré ses influences, jusqu’à intégrer cette étrange église, délire des années 70 qui encombre la place du Vieux Marché, en se voulant métaphore d’un feu. C’est vrai que Jeanne d’Arc est partout dans Rouen, ville où elle s’est pourtant contentée de brûler …

Tout n’est pas parfait non plus dans ce qui entoure le centre ville historique. À peine sortis de ce coeur, on retrouve un mélange de rue grises et voies rapides gérées comme des spaghettis par les Ponts et Chaussées. Si le coeur est charmant, l’enveloppe est bien triste, sans égard pour l’harmonie de la ville. 

Rouen est bâtie au bord de la Seine, mais elle lui tourne le dos. La Seine, ce sont des ponts inaccessibles, un port qu’on ne voit pas, des voies express infranchissables. Qui est au coeur de Rouen peut ne jamais voir le fleuve. La Seine qui ouvre là son estuaire et fait de Rouen une ville maritime, la Seine qui rappelle à Rouen ses origine Viking, la Seine est repoussée au loin, ignorée, mal aimée. Même si l’on célèbre la marine à voile sur les bords de la Seine chaque année, à Rouen, le fleuve est vite oublié et sert d’obstacle, de rempart, de frontière éloignée. La ville serait tant grandie de s’en rapprocher, de l’accueillir dans son tissu palpitant.

Puis, plus loin, l’industrie a installée ses puanteurs et ses laideurs le long du fleuve qui, parfois viennent empoisonner la ville en toute impunité, c’est peut-être la raison de ce désamour qui déprécie la cité.

Et puis on revient dans le centre, on se perd dans les rues, on se régale dans les restaurants dont certains sont si anciens qu’ils l’étaient déjà quand Jeanne est passée par là, on s’installe aux terrasses où des moineaux intrépides picorent les miettes, on se promène parmi les enseignes et les devantures inventives. On fait la conversation avec les Rouennais qui aiment leur ville et aiment à vous l’expliquer. La Couronne, restaurant fondé en 1355, côtoie des barbecues coréens et des estaminets vegan et macrobiotiques. Une droguerie ancestrale fait voisinage avec une gadgeterie japonaise. Les bikers en Harley côtoient les familles paroissiennes. On y fait aussi beaucoup la manche, parfois même avec du talent. Une vraie ville, quoi. 

Je n’ai jamais passé la nuit à Rouen, mais on se doute bien que la ville s’illumine au soir venu et qu’on y festoie autant qu’on sait y vivre le jour. 

L’esprit de Rouen, c’est d’avoir installé une école des Beaux Arts dans un cimetière en plein air (l’Aitre Saint Maclou), un goût pour le recyclage créatif plutôt que l’encensement mortifère.

Contrairement à bien des villes du pourtour de Paris qui s’assoupissent autour de leur cathédrales, de leurs tours médiévales, de leurs palais et de leurs colombages médiévaux, Rouen à choisi de vivre et de s’amuser au milieu de son passé et de se créer une véritable identité. C’est ce qui la rend unique à mes yeux. Lorsque, depuis chez nous, dans les Yvelines, nous considérons l’idée d’aller « en ville », nous avons le choix entre Paris et Rouen qui nous demanderont chacune une heure de route et de transport. Nous choisissons souvent Rouen …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s